Historique

En 2008, les établissements d’enseignement du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine font face à une baisse démographique importante. Un défi devient de plus en plus présent : trouver des solutions pour rendre accessible la formation sur ce vaste territoire. La formation à distance répond alors à ce besoin. Après quelques cours à distance dispensés par les établissements, ces derniers comprennent vite que les coûts associés au déploiement de la FAD sont considérables et qu’aucun d’entre eux ne dispose de ressources suffisantes pour assurer cette continuité. À partir de ce moment, les établissements envisagent de se regrouper pour mettre sur pied le projet de Formation À Distance interordres (FADIO), puisqu’il leur permettra de partager leur expertise et de bénéficier de celle des autres. En 2013, ils signent leur première entente de collaboration, se dotent d’une structure de gouvernance collaborative, forment des comités de travail et mettent en place un plan d’action collectif.

Gouvernance

La structure de gouvernance collaborative est constituée de la Table des partenaires, du Comité directeur, du Comité de mise en œuvre et du Comité de liaison.

Le modèle de FADIO est unique et chaque établissement est appelé à s’impliquer activement pour en assurer le bon fonctionnement. Chaque acteur éducatif est invité à participer à sa façon au développement de pratiques exemplaires en formation à distance à travers les instances de concertation, soit les comités et les communautés de pratique mis en place. Le personnel enseignant, les conseillers pédagogiques, les spécialistes en informatique et les gestionnaires jouent tous un rôle important dans l’identification des conditions gagnantes de la formation à distance. C’est pourquoi toutes ces personnes sont mises à contribution dans la réalisation du plan d’action de FADIO.

Celui-ci est basé sur les besoins des établissements et chaque action déployée doit répondre à tous les ordres d’enseignement. De plus, chaque établissement conserve son autonomie.

Tables des partenaires
Comité directeur
Comité mise en œuvre
Comité de liaison